Pathologies endocriniennes

Thyroïde

Lors de la consultation auprès du chirurgien qui vous prendra en charge, celui-ci vous expliquera les modalités de l’intervention qui sera réalisée chez vous. Il présentera ensuite votre dossier en réunion de concertation pluridisciplinaire afin de valider votre prise en charge.

La prise en charge des patients atteints d’une maladie de la thyroïde se fait en collaboration avec les équipes médicales du service d’endocrinologie (Pr George Weryha et Pr Marc Klein), du service de médecine nucléaire (Pr Gilles Karcher et Pr Pierre Olivier) et du service de radiologie (Pr Valérie Laurent). Votre dossier, et donc l’indication thérapeutique la plus appropriée sera discutée lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire des Tumeurs endocrines où se réunissent toutes les semaines (le vendredi après-midi), les chirurgiens endocriniens, les endocrinologues, les oncologues médicaux et les radiologues. Cette réunion de concertation pluridisciplinaire des Tumeurs endocrines correspond à l’antenne régionale pour la Lorraine des réseaux RENATEN, COMETE, et TUTHYREF. Votre médecin traitant recevra directement les résultats et les conclusions de cette réunion directement sur son email professionnel.  
Le cancer de la thyroïde (carcinome papillaire …), les thyroïdites (maladie de Basedow …) et les nodules de la thyroïde non cancéreux (goitre bénin, nodule bénin …) sont les trois pathologies les plus fréquentes prise en charge au CHRU de Nancy.  

Quelles opérations sont pratiquées ?
La décision opératoire se fait sur les données de l’échographie de la thyroïde et aussi sur les résultats de la cytoponction du ou des nodules de la thyroïde. En fonction de votre situation, il est possible de ne réaliser qu’une simple lobectomie thyroïdienne (ablation d’un seul lobe de la glande thyroïde) ou alors de réaliser une thyroïdectomie totale (ablation de toute la glande thyroïde). Un curage ganglionnaire est parfois nécessaire en fonction de votre situation. Le séjour à l’hôpital est très rapide (une nuit avant et une nuit après la chirurgie) et peut même être réalisé en hospitalisation ambulatoire (entrée et sortie le même jour) si votre situation le permet. Les risques de l’intervention sont aussi toujours discutés avec vous lors de la consultation préopératoire (atteinte des cordes vocales et risque de chute de calcium dans votre sang) et sont mis en balance avec le bénéfice secondaire à la réalisation de votre chirurgie. Pour minimiser au maximum les risques de la chirurgie, un neuromonitoring des nerfs récurrents (nerfs qui font bouger les cordes vocales) et un dosage de parathormone (hormone qui détermine le taux de calcium dans votre sang) sont toujours réalisés pendant l’intervention chirurgicale. Les interventions de la thyroïde se font par une cicatrice dans le cou (cervicotomie) ou dans certaines situations par une cicatrice non visible dans le creux de l’aisselle (voie transaxillaire robotique).

Après la chirurgie
A la sortie, vous recevrez une convocation pour un rendez-vous avec votre chirurgien environ 2 mois après le geste opératoire. Vous aurez une prescription de LEVOTHYROX (hormone qui remplace la thyroide enlevée) si toute la thyroïde a été enlevée. Comme l’hospitalisation est relativement courte, si vous présentez des problèmes une fois rentré chez vous, il faut absolument contacter votre chirurgien par téléphone (ex : 03 83 15 31 12) ou sur son email professionnel (ex : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Généralement, il vous sera proposé de revenir en consultation dans les 24 à 48 heures ou plutôt si cela était nécessaire. Si vous présentez chez vous des fourmillements et des crampes (signes d’une chute de calcium dans le sang), vous pouvez prendre directement 3 grammes de calcium par jour (comprimés par la bouche) pendant au moins trois semaines et ensuite essayer de diminuer progressivement en diminuant par des paliers de 1 gramme par semaine (4eme semaine à 2 grammes, 5ème semaine à 1 gramme …) jusqu’au rendez-vous prévu avec votre chirurgien. A distance, il faudra reprendre contact avec votre médecin traitant et/ou votre médecin endocrinologue.

Parathyroïde

Lors de la consultation auprès du chirurgien qui vous prendra en charge, celui-ci vous expliquera les modalités de l’intervention qui sera réalisée chez vous. Il présentera ensuite votre dossier en réunion de concertation pluridisciplinaire afin de valider votre prise en charge.

La prise en charge des patients atteints d’une maladie de la parathyroïde se fait en collaboration avec les équipes médicales du service d’endocrinologie (Pr George Weryha et Pr Marc Klein), du service de médecine nucléaire (Pr Gilles Karcher et Pr Pierre Olivier), du service de radiologie (Pr Valérie Laurent), et parfois du service de Néphrologie (Pr Luc Frimat). Votre dossier, et donc l’indication thérapeutique la plus appropriée sera discutée lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire des Tumeurs endocrines où se réunissent toutes les semaines (le vendredi après-midi), les chirurgiens endocriniens, les endocrinologues, les oncologues médicaux et les radiologues. Cette réunion de concertation pluridisciplinaire des Tumeurs endocrines correspond à l’antenne régionale pour la Lorraine des réseaux RENATEN, COMETE, et TUTHYREF. Votre médecin traitant recevra directement les résultats et les conclusions de cette réunion directement sur son email professionnel.

L’hyperparathyroïdie primaire correspond à la maladie des glandes parathyroïdes la plus fréquente. Il s’agit d’une sécrétion trop importante et non régulée d’une hormone appelée parathormone (PTH) avec comme conséquence une augmentation du taux de calcium dans le sang. Des signes cliniques (fatigue, douleurs …) ainsi qu’une atteinte osseuse, urinaire peuvent être observés. Une chirurgie pour hyperparathyroïdie secondaire (patient insuffisant rénal) ou tertiaire (patient après greffe rénale) est parfois aussi nécessaire.

Quelles opérations sont pratiquées ?
La décision opératoire se fait sur les données de la biologie du bilan phosphocalcique. La façon de vous opérer est décidé à partir des données de l’imagerie préopératoire (échographie et scintigraphie MIBI des parathyroïdes). Un scanner spécifique parathyroïdien peut aussi être réalisé. En fonction de votre situation, il est possible de ne réaliser qu’un abord focal (une seule glande recherchée) en utilisant des lunettes binoculaires ou une petite caméra (système vidéoscopique cervical). En fonction de votre situation, il est parfois nécessaire d’explorer les 4 régions ou se situent les parathyroïdes (plusieurs glandes recherchées), et il faut alors réaliser une cervicotomie (comme pour une thyroïde). Dans tous les cas, un dosage peropératoire de parathormone est réalisé pour suivre en temps réel et au bloc opératoire, l’impact du geste opératoire sur le taux de parathormone.

Le séjour à l’hôpital est très rapide (une nuit avant et une nuit après la chirurgie) et peut même être réalisé en hospitalisation ambulatoire (entrée et sortie le même jour) si votre situation le permet. Les risques de l’intervention sont aussi toujours discutés avec vous lors de la consultation préopératoire (atteinte des cordes vocales et risque de chute de calcium dans votre sang) et sont mis en balance avec le bénéfice secondaire à la réalisation de votre chirurgie. Pour minimiser au maximum les risques de la chirurgie, un neuromonitoring des nerfs récurrents (nerfs qui font bouger les cordes vocales) et un dosage de parathormone (hormone qui détermine le taux de calcium dans votre sang) sont réalisés pendant l’intervention chirurgicale.

Après la chirurgie
A la sortie, vous recevrez une convocation pour un rendez-vous avec votre chirurgien environ 2 mois après le geste opératoire. Comme l’hospitalisation est relativement courte, si vous présentez des problèmes une fois rentré chez vous, il faut absolument contacter votre chirurgien par téléphone (ex : 03 83 15 31 12) ou sur son email professionnel (ex : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Généralement, il vous sera proposé de revenir en consultation dans les 24 à 48 heures ou plutôt si cela était nécessaire. Si vous présentez chez vous des fourmillements et des crampes (signes d’une chute de calcium dans le sang), vous pouvez prendre directement 3 grammes de calcium par jour (comprimés par la bouche) pendant au moins trois semaines et ensuite essayer de diminuer progressivement en diminuant par des paliers de 1 gramme par semaine (4eme semaine à 2 grammes, 5ème semaine à 1 gramme …) jusqu’au rendez-vous prévu avec votre chirurgien. A distance, il faudra reprendre contact avec votre médecin traitant et/ou votre médecin endocrinologue.

Surrénale

Lors de la consultation auprès du chirurgien qui vous prendra en charge, celui-ci vous expliquera les modalités de l’intervention qui sera réalisée chez vous. Il présentera ensuite votre dossier en réunion de concertation pluridisciplinaire afin de valider votre prise en charge.

La prise en charge des patients atteints d’une maladie de la ou des surrénales se fait en collaboration avec les équipes médicales du service d’endocrinologie (Pr George Weryha et Pr Marc Klein), du service de cardiologie (Pr Nicolas Sadoul), du service de médecine nucléaire (Pr Gilles Karcher et Pr Pierre Olivier) et du service de radiologie (Pr Valérie Laurent). Votre dossier, et donc l’indication thérapeutique la plus appropriée sera discutée lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire des Tumeurs endocrines où se réunissent toutes les semaines (le vendredi après-midi), les chirurgiens endocriniens, les endocrinologues, les oncologues médicaux et les radiologues. Cette réunion de concertation pluridisciplinaire des Tumeurs endocrines correspond à l’antenne régionale pour la Lorraine des réseaux RENATEN, COMETE, et TUTHYREF. Votre médecin traitant recevra directement les résultats et les conclusions de cette réunion directement sur son email professionnel.  

Les maladies de la surrénales les plus fréquemment prise en charge au CHRU de Nancy sont les tumeurs secrétantes (phéochromocytome, adénome de Conn, adénome de Cushing, paragangliome, corticosurrénalome…), les tumeurs non sécrétantes (incidentalome…) et les tumeurs malignes (corticosurrénalome…) de la surrénale.

Quelles opérations sont pratiquées ?
La décision opératoire se fait sur les données de la biologie surrénalienne et de l’imagerie préopératoire. Un scanner surrénalien spécifique et une imagerie spécialisée TEP (FDG, DOPA…) seront réalisés avant la chirurgie si cela est nécessaire. Votre dossier sera systématiquement discuté lors de la réunion hebdomadaire de concertation pluridisciplinaire des Tumeurs endocrines (eRCP).

En fonction de votre situation, il est possible de réaliser une surrénalectomie totale (ou une chirurgie partielle) par voie coelioscopique conventionnelle ou par voie coelioscopique robotique. Dans certaines situations précises, une opération par laparotomie (ouverture de l’abdomen) sera nécessaire.

Le séjour à l’hôpital est assez rapide (une nuit avant et une à trois nuit après la chirurgie) et peut même être réalisé en hospitalisation ambulatoire (entrée et sortie le même jour) si votre situation le permet. Les risques de l’intervention sont aussi toujours discutés avec vous lors de la consultation préopératoire (douleurs, reprise activité…) ainsi que l’évolution postopératoire (fonction de la surrénale controlatérale laissée en place, disparition du syndrome sécrétoire …). Ces risques sont toujours mis en balance avec le bénéfice secondaire à la réalisation de votre chirurgie.

Après la chirurgie
A la sortie, vous recevrez une convocation pour un rendez-vous avec votre chirurgien environ 2 mois après le geste opératoire. Vous aurez éventuellement une prescription médicale si cela est nécessaire à votre situation (ex : hydrocortisone …). Comme l’hospitalisation est relativement courte, si vous présentez des problèmes une fois rentré chez vous, il faut absolument contacter votre chirurgien par téléphone (ex : 03 83 15 31 12) ou sur son email professionnel (ex : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Généralement, il vous sera proposé de revenir en consultation dans les 24 à 48 heures ou plutôt si cela était nécessaire. A distance, il faudra reprendre contact avec votre médecin traitant et/ou votre médecin endocrinologue.

Tumeur endocrine du tube digestif

Lors de la consultation auprès du chirurgien qui vous prendra en charge, celui-ci vous expliquera les modalités de l’intervention qui sera réalisée chez vous. Il présentera ensuite votre dossier en réunion de concertation pluridisciplinaire afin de valider votre prise en charge.

La prise en charge des patients atteints d’une tumeur endocrine du tube digestif se fait en collaboration avec les équipes médicales du service d’endocrinologie (Pr George Weryha et Pr Marc Klein), du service d’hépato-gastro-entérologie (Pr Jean Pierre Bronowicki), du service de médecine nucléaire (Pr Gilles Karcher et Pr Pierre Olivier) et du service de radiologie (Pr Valérie Laurent). Votre dossier, et donc l’indication thérapeutique la plus appropriée sera discutée lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire des Tumeurs endocrines où se réunissent toutes les semaines (le vendredi après-midi), les chirurgiens endocriniens, les gastro-entérologues, les endocrinologues, les oncologues médicaux et les radiologues. Cette réunion de concertation pluridisciplinaire des Tumeurs endocrines correspond à l’antenne régionale pour la Lorraine des réseaux RENATEN, COMETE, et TUTHYREF. Votre médecin traitant recevra directement les résultats et les conclusions de cette réunion directement sur son email professionnel. Les tumeurs endocrines de l’intestin grêle sont les plus fréquentes mais une localisation dans l’ensemble du tube digestif est possible (œsophage au rectum).

Quelles opérations sont pratiquées ?
La décision opératoire se fait sur les données de la biologie et de l’imagerie préopératoire. En fonction de votre situation, il est possible de ne réaliser qu’une simple exérèse endoscopique de la tumeur endocrine. Cependant, une chirurgie par laparotomie (ouverture de l’abdomen) avec curage ganglionnaire est aussi souvent nécessaire (ex : hémicolectomie droite avec curage ganglionnaire sur le bord droit des vaisseaux mésentériques). Le séjour à l’hôpital est variable et correspond à de quelques jours à quelques semaines en fonction de votre évolution postopératoire.

Après la chirurgie
A la sortie, vous recevrez une convocation pour un rendez-vous avec votre chirurgien environ 2 mois après le geste opératoire. Si vous présentez des problèmes une fois rentré chez vous, il faut absolument contacter votre chirurgien par téléphone (ex : 03 83 15 31 12) ou sur son email professionnel (ex : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Généralement, il vous sera proposé de revenir en consultation dans les 24 à 48 heures ou plutôt si cela était nécessaire. A distance, il faudra reprendre contact avec votre médecin traitant et/ou votre médecin endocrinologue.

Tumeur endocrine du pancréas

Lors de la consultation auprès du chirurgien qui vous prendra en charge, celui-ci vous expliquera les modalités de l’intervention qui sera réalisée chez vous. Il présentera ensuite votre dossier en réunion de concertation pluridisciplinaire afin de valider votre prise en charge.

La prise en charge des patients atteints d’une tumeur endocrine du pancréas se fait en collaboration avec les équipes médicales du service d’endocrinologie (Pr George Weryha, Marc Klein, Pr Olivier Ziegler, Pr Bruno Guerci, Pr Didier Quilliot), du service d’hépato-gastro-entérologie (Pr Jean Pierre Bronowicki), du service de médecine nucléaire (Pr Gilles Karcher et Pr Pierre Olivier) et du service de radiologie (Pr Valérie Laurent). Votre dossier, et donc l’indication thérapeutique la plus appropriée sera discutée lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire des Tumeurs endocrines où se réunissent toutes les semaines (le vendredi après-midi), les chirurgiens endocriniens, les gastro-entérologues, les endocrinologues, les oncologues médicaux et les radiologues. Cette réunion de concertation pluridisciplinaire des Tumeurs endocrines correspond à l’antenne régionale pour la Lorraine des réseaux RENATEN, COMETE, et TUTHYREF. Votre médecin traitant recevra directement les résultats et les conclusions de cette réunion directement sur son email professionnel. Les tumeurs endocrines pancréas peuvent être sécrétantes (insulinome, gastrinome….) ou non secrétantes (incidentalome…) .

Quelles opérations sont pratiquées ?
La décision opératoire se fait sur les données de la biologie et de l’imagerie préopératoire. En fonction de votre situation, il est possible de ne réaliser qu’une simple exérèse de la tumeur endocrine par laparoscopie (énucléation). Cependant, une chirurgie par laparotomie (ouverture de l’abdomen) avec curage ganglionnaire est aussi possible (ex : pancréatectomie gauche, pancréatectomie médiane, DPC …). Le séjour à l’hôpital est variable et dépend du geste opératoire réalisé. Il peut correspondre à de quelques jours à quelques semaines en fonction de votre évolution postopératoire.

Après la chirurgie
A la sortie, vous recevrez une convocation pour un rendez-vous avec votre chirurgien environ 2 mois après le geste opératoire. Si vous présentez des problèmes une fois rentré chez vous, il faut absolument contacter votre chirurgien par téléphone (ex : 03 83 15 31 12) ou sur son email professionnel (ex : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). Généralement, il vous sera proposé de revenir en consultation dans les 24 à 48 heures ou plutôt si cela était nécessaire. A distance, il faudra reprendre contact avec votre médecin traitant et/ou votre médecin endocrinologue.